Renaturalisation des rives

Voici l'ensemble des documents pertinents, décrits et utilisés sur cette page, qui vont vous aider à préparer votre plan d'aménagement:

-> Exemples d'espèces végétales indigènes de moins de 3 pieds et exemples d'espèces végétales indigènes de différentes hauteurs

-> Exemple no.1 de plan d'aménagement et exemple no.2 de plan d'aménagement

-> Distances à respecter autour du bâtiment principal pour la plantation

 

Saviez-vous que votre bande riveraine a de nombreuses fonctions qui assurent la protection du lac et en conséquence votre plaisir à y faire les activités que vous aimez tant?

 

En effet, la bande riveraine aménagée avec 3 strates de végétation (herbacées, arbustes et arbres) contribue grâce aux importants systèmes racinaires à:

 

- Filtrer l’apport excessif de sédiments, de polluants chimiques et d’éléments nutritifs apportés par les eaux de ruissellement

  • - Puiser le phosphore provenant du champ d’épuration avant qu’il n’atteigne le lac puisque la petite taille des terrains résulte en un champ d’épuration trop près du lac ou des eaux souterraines
  • - Stabiliser la rive et donc prévient l’érosion
  • - Protéger contre le réchauffement excessif de l’eau
  •  
  • Cela permet de prévenir la dégradation accélérée du lac (l’eutrophisation), par les activités humaines, qui peut limiter les activités nautiques, la pêche et même causer des risques pour la santé humaine. De plus, la bande riveraine :
  •  
  • - Procure un habitat pour la faune et la flore
  • - Régule le cycle naturel de l’eau et donc permet la filtration de l’eau avant d’atteindre la nappe phréatique
  •  

Par où commencer pour renaturaliser ma rive?


Pour aménager votre bande riveraine, il est recommandé d'y planter des espèces indigènes. Celles-ci sont des plantes qui vont pousser spontanément dans une région sans l’intervention de l’homme. Elles sont donc parfaitement adaptées aux conditions du milieu où elles poussent et permettent de maintenir la diversité biologique. De plus, les espèces indigènes nécessitent très peu d'entretien. Le riverain peut alors apprécier la beauté de son choix de plantes indigènes, d'aider à prévenir la dégradation du lac sans consacrer trop de temps à son aménagement de bande riveraine.

 

La première étape est donc de choisir des espèces indigènes selon ses préférences. Deux documents d'exemples d'espèces recommandées au lac Poulin sont disponibles pour vous aider dans cette démarche: le premier document avec des espèces de différentes hauteur et le deuxième avec des espèces de moins de 3 pieds. Les espèces se regroupent sous 3 catégories: herbacées, arbustes et arbres.

Si votre bord de rive est constitué d'un mur en bois, en ciment ou en roches, il sera important d'inclure à votre choix de plantes des vignes afin de recouvrir avec le temps le mur complètement (par exemple: la vigne de rivage, la vigne vierge ou la vigne vierge d'Engelman) pour empêcher le réchauffement de l'eau. Choissisez une végétation variée qui incluera les 3 strates de végétation. Cela va résulter en un enracinement qui va s'étendre à différentes profondeurs et ainsi assurer une bonne filtration de l'eau, une meilleure stabilisation de la rive en plus de maximiser l'interception des substances qui nourrisent le lac. N'oubliez pas que le choix de végétaux doit être fait pour que appréciez la beauté de votre rive!

 

La deuxième étape sera de préparer un plan d'aménagement (2e exemple d'un plan d'aménagement) avec la disposition de chacune des espèces choisies. Les espèces doivent être disposées en échiquier afin d'assurer un couvert végétal uniforme. Cela va freiner l'eau de ruissèlement et va favoriser sa filtration plutôt qu'elle se crée des chemins allant directement dans le lac. Le plan d'aménagement doit tenir compte des éléments naturels et construits déjà présents (murs, enrochement, quai, etc.). Aussi, le plan doit inclure l'emplacement de l'accès à l'eau à travers la végétation. L'accès à l'eau doit être aménagé en diagonale par rapport au bord de la rive et peut être jusqu'à une largeur de 5 mètres (voir image ci-dessous, à venir). Le principe favorisé est le même que celui d'avoir un couvert végétal uniforme, on veut empêcher l'eau de ruissèlement de se frayer un chemin directement au lac. Si votre plan comprend des vignes, celles-ci doivent être disposées le plus près possible derrière le mur. De plus, votre plan d'aménagement doit prévoir suffisament d'espèces pour couvir la totalité de la longueur de votre rive.

Pour dessiner votre plan, vous devez d'abord savoir la largeur de votre terrain. Ensuite, vous pourrez compter 1 herbacée/arbuste à tous les 3 pieds. Si vous ajouter plus d'un arbres, vous devez laisser une distance d'environ 7 pieds entre ceux-ci.

La troisième étape est la plantation des espèces indigènes. Il est recommandé de faire la plantation au printemps jusqu'à la mi-juin ou à l'automne dès la fin du mois d'août. Débutez par creuser un trou 2 fois plus large que le pot et d'environ 10 cm plus profond que sa hauteur. Placez le plant bien droit et le haut de manière à ce que le haut du plant soit au même niveau que le sol. Vous ne devez pas trop compacter la terre lorsque vous remplissez ensuite le trou contenant le plant. Ajouter aussi une petite cuvette autour de ce dernier et arrossez jusqu'à ce que l'eau y demeure pour quelques minutes.

 

La quatrième étape est la plus facile. Vous laissez pousser votre végétation et pouvez l'arroser dans les premières semaines. Par la suite, l'entretien est minimal.